Histoire

Le nom de Kehlen provient du nom romain Callidovilla (villa de Callido), le site est  documenté depuis 636. Le territoire de la commune était déjà peuplé très tôt comme le prouvent les fouilles archéologiques et la découverte de tombes celtes autour de Kehlen, de cimetières gallo-romains et de villas romaines aux alentours de Nospelt ainsi que de tombes mérovingiennes entre Nospelt et Dondel.

Sur la hauteur de Schoenberg près de Kehlen, au croisement de deux voies romaines, se situait très vraisemblablement un ensemble de constructions gallo-romaines, dont l’existence est confirmée par la découverte d’un piédestal représentant quatre divinités. L’original est conservé au Musée de l’Etat et un réplique a été placée devant le cimetière de Schoenberg.

L’inscription du site de Schoenberg au relevé des monuments nationaux est due à la chapelle (chœur de l’ancienne église) et aux vieilles pierres tombales datant du début du 16e siècle. L’ancienne paroisse de Schoenberg, une des plus anciennes du pays (ses registres remontent à 1637), dépendait de l’abbaye St Maximin de Trèves.

Suivant la légende, un village aurait existé sur le plateau de Schoenberg disparu lors des années de la peste. Aucune trace n’en a été découverte jusqu’à ce jour.

Les deux localités de Keispelt et Meispelt se sont développées à la suite d’importants travaux de défrichage encouragés par les nobles francs et l’abbaye St Maximin, qui y avait des possessions étendues. Au moyen âge, les deux villages faisaient partie des la seigneurie d’Ansembourg, dont Keispelt était le chef-lieu. Aujourd’hui Keispelt-Meispelt, entouré de bois et situé au millieu de pâturages et de vergers, attire de nombreux nouveaux habitants.

A Nospelt se trouvait un des plus anciens centres de fabrication d’ustensiles de cuisine en terre cuite, et sa poterie était connue au-delà des frontières. Un musée est installé dans le dernier atelier de poterie de la localité.

Dondelange était connue dans le passé pour ses deux moulins à blé qui sont déjà documentés en 1280 et en 1328, mais qui n’existent plus. La chapelle de Dondelange, dédiée à St Hubert, patron des chasseurs, a d’intéressants vitraux montrant des représentations de gibier.

La localité d’Olm, mentionnée pour la première fois en 1528 sur un relevé d’imposition (« Feuerstättenverzeichnis »), compte aujourd’hui plus de 1.500 habitants dont plus ou moins 1.200 au nouveau domaine « Huesekneppchen ».

La population de la commune de Kehlen se composait, dans le passé, en majorié de cultivateurs et de petits artisans. Mais, suite à l’idustrialisation du pays et surtout à l’essor économique de l’après-guerre, la structure de la population a changé et aujourd’hui la majorité des habitants travaillent dans le secteur des services. Grâce à la mobilité accrue des gens, grâce à la situation de la commune à proximité de la ville de Luxembourg avec ses débouchés et son marché de l’emploi, la population de la commune a plus que doublé depuis les années soixante-dix.

Surtout pendant la dernière décennie, l’autorité communale a fait de grands efforts pour moderniser, respectivement créer, les équipements de base (tels que assainissement, approvisionnment en eau potable, voirie, cimetière, etc.) adapté aux besoins d’une population en pleine expansion. Dans les domaines de l’enseignement, de la culture et des sports, une infrastructure moderne de qualité a été mise en place.

Enfin, des services publics performants ont été créés, surtout dans le domaine social, pour offrir une très bonne qualité de vie aux administrés.

macommune.lu
© Administration Communale de Kehlen