ENFANTS

Avis concernant l’enseignement fondamental

5.5.2020 : Plus d'info sur Men.lu

Le ministre de l’Éducation nationale, Claude Meisch, a annoncé les détails suivants concernant la reprise dans les écoles fondamentales :

  • Les classes seront divisées en deux groupes (groupe A et groupe B) à partir du 25 mai.
  • La semaine du 25 mai, donc celle qui précède le congé de la Pentecôte, sera partagée en deux. Les enfants du groupe A seront à l’école les 25, 26 et 27 mai ; ceux du groupe B les 28 et 29 mai.
  • Chaque groupe suivra pendant une semaine les cours à l’école. La semaine suivante, les élèves de ce groupe pourront bénéficier d’études surveillées facultatives dans une structure d’accueil ou travailleront à domicile pour répéter et consolider les contenus appris à l’école.
  • Les cours ont lieu de 8 h à 13 h.
  • L’éducation précoce est toujours facultative : les parents peuvent décider si leur enfant doit aller à l’école ou non.
  • Tous les enfants reçoivent chacun deux tours de cou (buffs) comme protection obligatoire de la bouche et du nez, les enseignants reçoivent des masques. Il est également possible de porter ses propres masques de protection.
  • Le parent qui reste à la maison pour encadrer un enfant peut continuer à bénéficier d’un congé pour raisons familiales après le 25 mai, mais seulement dans trois cas précis:
    • Pour les enfants qui appartiennent eux-mêmes au groupe à risque;
    • Si aucune place de garde d’enfants n’est disponible dans une structure;
    • Pour les enfants de moins de 3 ans, les parents auront le choix soit de bénéficier d’un congé pour raisons familiales, soit de l’inscrire dans une structure d’accueil.

16/04/2020 Plus d'info sur Men.lu

Le ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, a exposé le 16 avril 2020 la reprise par étapes des activités dans les écoles et les structures d’accueil.

« Nous avons réussi à limiter la propagation du virus Covid-19, mais il ne nous est pas possible de rouvrir les écoles d’un coup, ni les faire fonctionner comme avant le 13 mars » a prévenu le ministre.

Le gouvernement a analysé comment lever pas à pas la suspension des activités scolaires et éducatives. Un calendrier et une méthode ont été dégagés, avec deux objectifs clairs : offrir à tous les enfants et les jeunes les meilleures perspectives d’avenir et protéger le mieux possible la santé des élèves et du personnel enseignant et éducatif.


Réouverture progressive sur un mois

Au niveau du calendrier, il a été décidé de rouvrir les classes d’abord aux lycéens qui, de par leur maturité, sont plus à même de respecter les gestes et mesures barrières pour continuer à freiner la propagation du virus. « Pour nous, la santé publique est prioritaire » a affirmé Claude Meisch.

Dès le 4 mai, les élèves des classes terminales reprendront les cours, suivis le 11 mai de toutes les autres classes de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle, ainsi que du brevet de technicien supérieur (BTS). Les apprentis pourront retourner à leur poste d’apprentissage en entreprise dans les secteurs dont le déconfinement aura été décidé.

À partir du 25 mai, les enfants pourront à nouveau fréquenter l’enseignement fondamental et les structures d’accueil et les assistants parentaux pourront reprendre leur activité.

Pour les élèves les plus fragiles, les centres de compétences, les équipes psycho-socio-éducatives et les services de l’Office national de l’enfance pourront poursuivre leurs prises en charge dès le 20 avril.

Dans la continuité des mesures annoncées le 2 avril dernier, l’enjeu reste de préparer efficacement la rentrée du 15 septembre prochain en se concentrant sur l’apprentissage des contenus essentiels.


Une semaine de cours, une semaine de révision

Au niveau de la méthode, le gouvernement a opté pour un retour en classe en alternance. Concrètement, chaque classe sera divisée en deux groupes, tant à l’enseignement fondamental que secondaire et dans la formation professionnelle. Chaque groupe aura une semaine de cours et d’apprentissage à l’école ou au lycée, suivie d’une semaine de révision à domicile ou dans une structure d’accueil. L’enseignant tiendra le même cours deux semaines de suite.


Des mesures barrières à respecter par tous

Parallèlement, une série de mesures barrières devront être mises en place et respectées dans les établissements. Notamment :

  • la distanciation sociale, qui sera facilitée dans les établissements et dans les transports scolaires par le système de cours en alternance ;
  • le port d’un dispositif permettant de recouvrir le nez et la bouche, qui sera autorisé en classe et obligatoire dans les transports. Le ministère fera distribuer 2 dispositifs à chaque élève et à chaque enseignant ;
  • la mise à disposition de désinfectant ;
  • le respect des groupes de classe pour que les élèves ne se mélangent pas trop ;
  • la fermeture des cantines pour éviter les contacts entre élèves de différents groupes ;
  • la réglementation de la circulation dans les couloirs ;
  • l’organisation des pauses et des récréations en alternance ;
  • la compression des horaires scolaires, notamment à l’école fondamentale.

Les règles de distanciation seront aussi appliquées aux examens de fin d’études secondaires et aux projets intégrés finaux de la formation professionnelle.

Des recommandations spéciales seront élaborées pour les crèches et le cycle 1 de l’enseignement fondamental, où les jeunes enfants peuvent plus difficilement respecter les gestes barrières.

Dans l’enseignement musical, les cours individuels reprendront le 11 mai et les cours collectifs sont reportés jusqu’à nouvel ordre.

« J’espère que bientôt, l’école pourra redevenir ce lieu de vie, de rire, de rencontre et d’échange si important pour nos enfants et nos jeunes » a conclu Claude Meisch.

Ministère de l'­Éducation nationale, de l'Enface et de la Jeunesse


02/04/2020

Écoles et structures d’accueil : la suspension des activités prolongée jusqu’au 4 mai 2020

Face au nombre croissant de cas d'infection COVID-19 au Luxembourg et suite à une réévaluation de la situation par la Direction de la santé, le Gouvernement a décidé de prolonger la période de suspension des activités dans le secteur scolaire et éducatif jusqu'au 4 mai 2020. Cette décision concerne tous les établissements scolaires et de formation publics et privés ainsi que les structures d'accueil.

Les vacances des Pâques auront lieu comme prévu du 4 avril jusqu’au 19 avril.

Veuillez prendre les dispositions nécessaires. Plus d’informations : gouvernement.lu / sante.lu / coronavirus.gouvernement.lu

Communiqué aux parents des enfants fréquentant une structure d’accueil (service d’éducation et d’accueil, mini-crèche ou assistant parental) prestataire du chèqueservice accueil (CSA)

Suite à la décision du gouvernement de suspendre les activités d’éducation et d’accueil pour
enfants dans le milieu institutionnel et familial du fait de la pandémie liée au coronavirus
COVID-19, veuillez trouver ci-dessous des précisions relatives à la facturation:
 

Semaines d’activités (où l’accueil est autorisé)

  • Les heures d’accueil des enfants et les repas seront facturés comme d’habitude.
  • Les tarifs horaires fixés dans les contrats d’éducation et d’accueil signés par les parents sont applicables.
  • Les dépassements éventuels à la charge des parents seront calculés par l’opérateur CSA suivant une formule se basant sur le nombre de semaines où les structures d’accueil sont ouvertes.

Semaines de suspension des activités (où l’accueil n’est pas autorisé)

  • Aucun montant ne sera facturé aux parents pendant la période de suspension des activités.
  • Aucune refacturation ne sera possible pour les mois de facturation concernés par la suspension des activités.

PROLONGATION DU CHÈQUE SERVICE ACCUEIL EN TEMPS DE CRISE

Afin de limiter la propagation du virus dans la population, il a été décidé de prolonger tacitement les contrats d'adhésion au chèque-service accueil qui arrivent à échéance pendant la période de crise. Dès la fin de cette période, les parents devront effectuer la demande de renouvellement du contrat d'adhésion au chèque-service accueil. Cette demande aura un effet rétroactif.