Nature et Biodiversité Publié le 15 avril 2021

Campagne de sensibilisation contre le “littering”

Littering-Banner-Site

Chaque année, des tonnes de déchets sont éliminées sauvagement le long des routes ou sentiers pédestres, dans les parcs et sur  les aires de jeux. La moitié de ces actes de littering se font à quelques mètres d’une poubelle non pleine. Les mégots de cigarettes, les emballages vides –le plus souvent des canettes et des emballages fast-food–, ainsi que des chewing-gums comptent parmi les articles les plus abandonnés ou jetés.

Or certains déchets sauvages, tels que les éclats de verre peuvent présenter un danger d’infection ou de blessure. Les déchets en plastique ne se dégradent pas du tout ou seulement très lentement dans la nature. Des micro-particules nocives s’accumulent dans les corps et nuire à la santé aussi bien humaine qu’animale. De plus, les éclats de verre et les mégots de cigarettes peuvent être à l’origine de feux de forêts ou de pâturages asséchés. Des substances toxiques contenues dans certains déchets se dispersent dans l’environnement. Le littering entraîne par ailleurs des coûts énorme en termes de nettoyage auprès du secteur public qui sont alors reportés sur les citoyens via les impôts. Finalement, les déchets sauvages peuvent attirer des animaux nuisibles comme les rats.

L’action de jeter ou d’abandonner un déchet dans la nature est illégale et peut donner lieu à des avertissements taxés. Deux exemples: pour un mégot de cigarette jeté sur le trottoir, il faut payer 49 euros. L’élimination de déchets dans un cours d’eau est sanctionné par 250 euros.

Les communes jouent un rôle important dans la lutte contre les déchets sauvages. C’est pour cette raison que la commune de Kehlen lance un appel de ne pas se débarrasser sauvagement de ses déchets.

Plus d’informations sur cette campagne sur le portail de l’environnement ainsi que sur le portail du gouvernement.

05-Littering-posters  (2.00 Mo)